La vérité sur l’affaire Harry Quebert

En 2012, je n’avais pas vu passer ce petit bijou écrit par Joël Dicker, pourtant Prix Goncourt des Lycéens et Grand Prix du roman de l’Académie française cette année-là. C’est chose faite en 2015 et c’est l’un des meilleurs romans que j’ai lu depuis longtemps.

Résumé : À New York, au printemps 2008, alors que l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois.
Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui  : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille avec qui il aurait eu une liaison. Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les évènements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d’écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ? 

Un bon livre, Marcus, est un livre qu’on regrette d’avoir terminé

Joël Dicker est né à Genève en 1985 (et ouais, 30 ans …). La Vérité sur l’affaire Harry Quebert est son deuxième roman.

A lire, La vérité sur l'affaire harry Quebert de Joel Dicker

Malgré ses 800 pages et des brouettes (en format poche), ce roman se lit très rapidement car il est difficile de le poser. Il vous transporte dans une Amérique à la fois moderne et destructrice. Les multiples rebondissements vous surprendront et vous raviront.

Il y a plusieurs histoires dans l’histoire : un meurtre non élucidé depuis 30 ans, la difficulté d’un écrivain à écrire un nouveau roman après le succès d’un premier, la relation entre ce même écrivain et son mentor, la vie d’une petite ville américaine rattrapée par son histoire.
Joël Dicker a utilisé le « prétexte » d’une histoire policière pour parler de l’écriture d’un livre et de toute la difficulté qui en découle. Et cela fonctionne. Dès les premières pages, le lecteur est tenu en haleine pour savoir ce qu’il s’est passé cet été 1975. Qui était Nola Kellergan ? Quel rôle a joué Harry Quebert ? Et du coup, le lecteur est plongé dans le monde de l’écriture, apprend pourquoi un écrivain écrit et comment cela fonctionne.

Le livre se divise en 31 chapitres (décroissants) correspondants à 31 conseils donnés par Harry à Marcus Goldman pour écrire un best-seller. Ce dernier – jeune et beau écrivain de 30 ans – veut tout faire pour ressembler à son maître à penser.

L’écrivain a pris un parti risqué. Donner des conseils pour écrire un livre à succès sans être sûr que son roman soit bon et bien accueilli par le public et les critiques. Coup de poker gagnant !

Le livre traitant de plusieurs sujets, le lecteur ne s’ennuie jamais. Chaque personne peut y trouver son compte. Il y a bien sûr le suspense, l’enquête qui apporte des tas de rebondissements jusqu’à la dernière page. La part psychologique : pourquoi un écrivain écrit? La découverte d’une certaine Amérique. Joël Dicker aborde également la face cachée du monde de la littérature. Les maisons d’édition, les médias et leurs impacts sur la réussite d’un livre ou son échec.

J’ai beaucoup aimé ce livre : le style d’écriture, les flashbacks, les portraits, les points de vues différents … Je l’ai vraiment adoré et paradoxalement, je n’arrive pas à le raconter et à expliquer pourquoi. Peut-être parce qu’il m’a absorbé jusqu’à la dernière ligne et m’a donné l’envie d’écrire.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Donnez votre avis

Votre adresse mail ne sera pas publiée.