Le Livre des Baltimore

Après le génialissime roman « La Vérité sur l’affaire Harry Quebert« , Joël Dicker nous propose à nouveau de suivre les aventures de Marcus Goldman*.

Résumé : Jusqu’au jour du Drame, il y avait deux familles Goldman. Les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair.
Les Goldman-de-Montclair, dont est issu Marcus Goldman, l’auteur de La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert, sont une famille de classe moyenne, habitant une petite maison à Montclair, dans le New Jersey.
Les Goldman-de-Baltimore sont une famille prospère à qui tout sourit, vivant dans une luxueuse maison d’une banlieue riche de Baltimore, à qui Marcus vouait une admiration sans borne.
Huit ans après le Drame, c’est l’histoire de sa famille que Marcus Goldman décide cette fois de raconter, lorsqu’en février 2012, il quitte l’hiver new-yorkais pour la chaleur tropicale de Boca Raton, en Floride, où il vient s’atteler à son prochain roman.
Au gré des souvenirs de sa jeunesse, Marcus revient sur la vie et le destin des Goldman-de-Baltimore et la fascination qu’il éprouva jadis pour cette famille de l’Amérique huppée, entre les vacances à Miami, la maison dans les Hamptons et les frasques dans les écoles privées.
Mais les années passent et le vernis des Baltimore s’effrite à mesure que le Drame se profile. Jusqu’au jour ou tout bascule. Et cette question qui hante Marcus depuis : qu’est-il vraiment arrivé aux Goldman-de-Baltimore. 

*Ce n’est pas la peine d’avoir lu le premier opus, les deux histoires ne sont pas liées.

Livre, Le livre des baltimore de Joel Dicker

J’ai tellement adoré « La Vérité sur l’affaire Harry Quebert » que je n’ai pas hésité une seule seconde pour lire ce troisième ouvrage de l’écrivain suisse.
La trame de fond est la même que pour « La Vérité … » : Marcus Goldman – dans le présent – qui veut/doit écrire un nouveau roman et un retour dans un passé plus ou moins lointain.

Ici, Marcus Goldman nous raconte la vie de sa famille et précisément la vie de ses cousins avec qui il a formé « Le Gang des Goldman« . Tout le roman se construit autour d’un Drame (avec un grand D). De flashbacks en révélations, nous allons comprendre peu à peu ce qui est arrivé aux Goldman-de-Baltimore.

Donc, comme pour le précédent roman, on ne lâche pas le livre. Joël Dicker arrive à nous tenir en haleine jusqu’au bout, jusqu’au Drame. On s’attache aux personnages. A Marcus, que l’on connait déjà. A Woody et Hillel, les cousins à qui tout réussit. A Alexandra, la voisine dont tout le monde est amoureux. A Saul et Anita, l’oncle et la tante que l’on voudrait avoir comme parents.

Continuons dans la comparaison … Par rapport à « La Vérité … », ce livre est plus centré sur les sentiments des personnages. On ressent l’admiration sans bornes que Marcus éprouve pour cette famille de Baltimore. Il les respecte, les aime, les jalouse même. Même si il fait parti du gang avec Woody et Hillel, il crève de jalousie lorsqu’il se retrouve dans sa petite maison de Montclair et qu’il imagine ses cousins rire avec d’autres personnes. Il souhaite même attraper la mucoviscidose lorsque Scott rentre dans la vie des Baltimore. Au fil du roman, cette jalousie ne va plus être assimilée seulement à Marcus. Il est tellement facile – surtout de nos jours avec la mise en scène de nos vies sur les réseaux sociaux – d’envier son voisin, un ami pour une maison plus grosse, des vacances plus ensoleillées … etc.
L’arrivée d’Alexandra va provoquer d’autres sentiments mais la jalousie restera toujours présente.

Cette chronique familiale est captivante. Joël Dicker réussit parfaitement les transitions entre la jeunesse des trois cousins, où la joie et le bonheur sont les maîtres-mots et le présent, où le gang n’est plus et les remords sont là. Le but est de comprendre pourquoi. Comment en est-on arrivé au Drame? Est-ce qu’il aurait pu être évité? Mais surtout quel est ce Drame?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Donnez votre avis

Votre adresse mail ne sera pas publiée.